L’écothérapie

C’est quoi ?

Selon H.Clinebell en 1996, l’écothérapie est :

une approche à visée thérapeutique qui utilise le contact avec la nature à travers les sens pour aider la personne à se sentir mieux, physiquement et psychologiquement

Cette thérapie se fonde sur nombreuses théories comme la Biophilie (basée sur le fait que l’homme a évolué durant la majorité de son histoire en inter-relation avec la nature et ainsi biologiquement programmé pour interagir avec celle-ci). Ainsi, notre santé psychique et physique est préservée que si nous disposons d’un minimum de contact sain avec la nature, y compris par le biais d’espaces verts.

De ce fait, cette discipline considère que de nombreux problèmes de santé contemporains (cancer, dépression, anxiété, burn out, perte de sens…) sont dus à la destruction de notre environnement naturel et aux nombreuses nuisances engendrées (bruit, pollutions, urbanisation….).

Aujourd’hui, cette thérapie se développe petit à petit à travers le monde (Canada, Japon, Suède, Danemark, Grande Bretagne, Israël, Allemagne….) sous différentes formes : jardins ou parcs écothérapeutiques, marche en milieu forestier, équithérapie, hortithérapie… De plus, elle est enseignée par différents organismes privés comme John F.Kennedy University, à Pleasant Hill en Californie ou The Earthbody Institute à Berkeley mais reste très peu développée en France.

Ses Bienfaits?

Impacts émotionnel et mental

  • Estime de soi (développement personnel, communication, créativité, curiosité…)
  • Meilleure résilience face aux épreuves de la vie.
  • Atténue les symptômes des personnes ayant un trouble déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité.
  • Diminution de l’anxiété, fatigue, confusion.

Impacts physique 

Parce que nos systèmes neuro-physiologiques sont totalement intégrés au reste de notre corps, cette pratique va aussi impacter nos muscles, nos hormones, notre système immunitaire :

  • Effet positif sur le système nerveux central, le système nerveux autonome et le système endocrinien. Efficaces sur l’hypertension et les diabètes non insulino-dépendants.
  • Affecte les deux composantes principales du système de réponse au stress: l’axe sympathique-surrénal-médullaire (SAM) et l’axe hypothalamique pituitaire surrénalien (HPA).
  • Diminution de la concentration de cortisol salivaire, de la fréquence cardiaque.
  • Une réponse immunitaire renforcée en milieu forestier.
  • Diminution de la tension artérielle et du rythme cardiaque.
  • Certains types d’écothérapie, comme l’équithérapie, ont des effets bénéfiques, en particulier pour les personnes souffrant de schizophrénie et d’autisme. Les personnes atteintes d’Alzheimer seront plus réceptives à l’hortithérapie.

A noter que certaines personnes seront plus affectées que d’autres par l’écothérapie. Cela dépend de leur réceptivité à l’environnement mais aussi à leur préférence en terme d’élément naturel. Cependant, même si la vision d’un cadre naturel influence déjà notre organisme, on remarque que l’immersion dans un milieu naturel riche en interactions sensorielles aura un impact plus important.

Dans tous les cas cette pratique reste une thérapie et ne peut avoir lieu que si l’Ecothérapeute est à la base un thérapeute. C’est pourquoi KEA travaille en partenariat avec des thérapeutes dans ses projets.